Tu te souviens? J’avais commencé à te raconter ma rencontre avec le chocolat Cailler au biscuit militaire. Très bon chocolat, rien à redire de ce côté. Non, c’est plutôt l’expérience globale qui laisserait à désirer. Pourquoi? Tout commence avec cette inscription mystérieuse dans la tablette: « Découvrez-en plus avec Ruedi ».

Ruedi? Mais pourquoi Ruedi?

C’est vrai quoi: Cailler est l’un des fleurons de l’industrie alimentaire romande, fondée en 1819 à Corsier par François-Louis Cailler. Un mec 100% vaudois, originaire de Daillens et Vevey. Alors pourquoi mettre en scène un Ruedi? Pourquoi pas Moustapha, Oleg ou Kevin, tant qu’on y est? Vu l’identité et l’histoire de la marque, un prénom typiquement francophone serait mieux adapté. M’enfin. J’ai dégainé mon iPhone et je me suis rendu sur ou-est-ruedi.ch. En grommelant un peu, certes.

Où est Ruedi?

Déjà, je tombe non pas sur l’image de mon chocolat au biscuit militaire, mais sur une autre édition spéciale, le chocolat aux bâtonnets aux noisettes (j’ai même pensé qu’ils avaient oublié de mettre à jour leur site). On me propose de retrouver Ruedi pour gagner des prix. Et là, je me fais embrigader dans un ersatz du fameux « Où est Charlie? ». Tu sais, le jeu où il faut retrouver un mec à lunettes, qui porte un pull et un bonnet tous deux à grosses rayures, planqué au milieu d’une foule de gens dans des situations pas possibles, tous habillés en rouge et blanc.

www_ou-est-ruedi_ch

Chez Cailler, il faut retrouver Ruedi dans une immense scène en noir et blanc, façon Poya. Très jolie, mais pas non plus renversante d’intérêt et de trucs rigolos. Le hic, c’est que si comme moi tu utilises ton téléphone, tu vois genre 3% du dessin à la fois. Et que c’est hyper dur de se repérer vu que tout se ressemble.

Désolé mais c’est raté

D’abord, il faut trouver le petit chien qui était avec Ruedi. Je suis tombé dessus assez chanceusement après quelques minutes. Et là on me demande de trouver une nana qui cueille des noisettes pour le chocolat. J’y ai passé encore trois minutes et ensuite j’en ai eu marre. J’ai pesté, même.

Mais bon, pour que cet article se tienne, j’ai pris le temps de terminer le jeu sur mon ordinateur. Résultat: c’est à peine plus confortable. M’enfin j’ai fini par trouver cette fichue cueilleuse de noisettes qui m’a dit que Ruedi se planquait au bistrot (au lieu de bosser, quel message, soit dit en passant). Et après quelques minutes d’efforts, j’ai enfin repéré ce casse-pieds de Ruedi. Ha!

cailler-affiche-ruediA quoi bon tout ça?

En résumé, l’expérience ludique est zéro. Je n’ai pas non plus été récompensé de mes efforts, pas d’inscription au prétendu tirage au sort. Bref, une grosse perte de temps. Le pire, c’est qu’il y croient vachement à leur jeu, chez Cailler: ils ont même posé des affiches un peu partout. Des affiches qui ne vantent pas la qualité ou le côté exceptionnel du chocolat. Non: les affiches demandent où est Ruedi.

Par contre, j’ai quand même fini par trouver ce que je cherchais sur le site: une explication du chocolat au biscuit militaire. Mais là aussi, quelle blague: le texteur ne s’est pas trop fatigué! (Il n’avait même plus de jus pour terminer le texte sur le chocolat aux bâtonnets aux noisettes.) Franchement, c’est pas sérieux!

www_ou-est-ruedi_ch

Tu as aimé? Merci de le faire savoir autour de toi!