Ce matin, une photo fait sensation sur ma timeline Twitter. On y voit Hillary Clinton devant une foule de supporters. Mais ils ne la regardent pas. C’est même carrément le contraire: ils lui tournent tous le dos! Le téléphone brandi dans une main, ils prennent un selfie avec la candidate.

Les réactions que je lis vont de l’amusement («Tssss, les jeunes») au désespoir («Mais dans quelle époque vit-on?»). Y a quand même un côté vieux schnock…

Mais au fond, est-ce si grave? Je n’ai pas l’impression. Oui, on peut regretter que le public consacre du temps à capturer ce moment historique au lieu d’en savourer chaque seconde. Mais ça ne prend pas longtemps…

A l’inverse, tous ces selfies sont autant de manières de dire «Je fais partie de cet épisode», et non pas seulement «J’y étais». Est-ce que ce type en-dessous qui ne prend pas de selfie (espèce de psychopathe!) est plus engagé que le reste de la foule? Je ne pense pas.

Mais tout ça, c’est du blabla. Quand autant de monde prend un selfie au même moment, on se dit que c’est probablement organisé. A la demande de Hillary elle-même, que ce soit pour faire parler ou pour avoir plein de souvenirs à partager depuis le bureau ovale. Ou sa maison de retraite. Mais c’est une autre histoire.

Tu as aimé? Merci de le faire savoir autour de toi!