En quelques années, le storytelling est devenu incontournable. Tout le monde en parle, mais peu de gens maîtrisent vraiment le sujet. Pour beaucoup, il suffit de mettre « Il était une fois » en introduction de ce qu’il y a à raconter. Eh bien laissez-moi vous dire que c’est quand même un petit peu plus compliqué.

Il se trouve que j’ai passé une bonne partie de mon enfance et de mon adolescence à entendre mes parents me dire: «Arrête de raconter des histoires!» Alors on peut dire que j’en connais un rayon!

Il y a plusieurs trucs et astuces. L’un d’eux est ce que j’appelle la visualisation. Une histoire qui marque va souvent projeter des images puissantes au cœur de notre cerveau. Pensez à Moïse qui ouvre les eaux. A la table ronde du roi Arthur. Au miroir magique de la belle-mère de Blanche-Neige. Au petit Chaperon rouge. Aux cailloux du Petit Poucet. Au fil rouge d’Ariane dans le labyrinthe du Minotaure. Au cheval de Troie. C’est bon, vous avez pigé.

Pour réussir votre récit, il est essentiel d’imprimer des images fortes auprès de votre public. Sans ça, votre histoire risque de tomber à plat, d’être carrément insipide et ennuyeuse.

Pour réussir votre récit, il faut imprimer des images fortes auprès de votre public. #storytelling Click To Tweet

Des spornosexuels bodybuildés?

Il y a quelques temps par exemple, mon fil Instagram me montre un spot pub dans lequel on voit des jeunes gens très sérieux en train de faire des exercices de type fitness. A la poursuite de leur ligne retrouvée sous les instructions de leur coach personnel: une application nommée Runtastic Results.

Runtastic, je connais pour avoir lu ce nom d’innombrables fois quand Facebook me montrait que mes copains couraient des centaines de kilomètres en quelques minutes à peine, jour après jour.

OK, soit. Bof, en fait. Ça fait aussi envie qu’une pub de fitness, avec un discours qui oscille entre faire envie et culpabiliser le trentenaire bedonnant qui passe trop de temps assis à son bureau à manger des sandwiches.

Ou des chasseurs de mammouths?

Et puis quelques jours plus tard, je tombe sur une autre pub. A première vue, elle est assez similaire: des mecs qui font du sport. Mais il y a une différence de taille: le message.

Le produit s’appelle Mammoth Hunters. «Chasseurs de mammouths.»

Le slogan qui arrive juste après est bien trouvé: 100 000 years of experience in fitness. «Cent mille ans d’expérience en fitness.»

C’est super bien vu parce qu’on a immédiatement des images très fortes qui nous viennent en tête. Des mecs barbus qui s’attaquent à des mammouths, c’est spectaculaire. Et c’est vrai qu’à l’époque il fallait être costaud.

Sur leur site, ils en remettent une couche.

RETROUVEZ VOTRE CORPS

Pendant 99% de notre histoire, les humains ont vécu en pleine nature: nos corps sont faits pour ça. Les régimes et les salles de fitness de notre époque sont totalement déconnectés de notre héritage. Et d’ailleurs notre corps et notre esprit ne fonctionnent pas bien avec.

Pourquoi réinventer la roue? Il suffit de bouger exactement comme on l’a appris pendant 100 000 ans.

A nouveau, ils nous font visualiser quelque chose de très concret. Même si on n’a pas vécu cette époque, sa représentation est profondément enfouie en nous depuis les livres d’Histoire de notre enfance.

Jusqu’au bout du truc

Pour le reste, ils font les choses bien chez Mammoth Hunters. J’ai dit qu’à première vue, la vidéo ressemble beaucoup à celle de Runtastic. C’est pas exactement vrai. Il y a des différences, qui ne frappent pas tout de suite mais auxquelles le concept donnent tout son sens.

Là où les images de Runtastic sont aseptisées et les lieux très abstraits, Mammoth Hunters montre des personnes qui s’entraînent en extérieur. Que ce soit en ville ou dans la nature.

Quand Runtastic met en scène des modèles seuls qui rappellent presque les mannequins d’une vitrine, Mammoth Hunters offre des scènes de gens qui s’amusent en groupe. Il y a d’ailleurs tout un pan communautaire à travers la création d’équipes qui se nomment… Tribes (les tribus).

Enfin, on ne voit aucun vrai chasseur de mammouth. Mais c’est mieux: la visualisation qui se fait dans notre esprit est encore plus frappante de cette manière. C’est ça le secret de la visualisation: il faut seulement suggérer quelque chose et laisser le public faire le boulot!

La visualisation en #storytelling: simplement suggérer et laisser le public faire le boulot! Click To Tweet
Tu as aimé? Merci de le faire savoir autour de toi!
Share