Fils de pub, bête de com.

Le blog de Romain Pittet vous propose un bouquet de réflexions amusées servi sur un lit de commentaires soigneusement émincés. Tout l'assortiment est cultivé à la main au cours de longues journées de travail dans le domaine de la communication et des relations publiques.

Catégorie : Publicité (Page 1 sur 6)

Fiat Tipo: la campagne pub soporifique

Il y a quelques jours, je suis tombé sur une affiche qui m’a paru parfaitement nulle. Une voiture qui fait pas rêver, des arguments qui font pas rêver… bref. Vous me connaissez, j’ai sauté sur l’occasion de ricaner un peu. Clic clac une photo, Sploutch une publication sur Facegram (je sais pas quel bruit ça fait en vrai), et le tour était joué!

Lire la suite

Tu as aimé? Merci de le faire savoir autour de toi!
Share

Le petit mot qui change tout

Les affiches publicitaires font tellement partie du paysage qu’on ne les remarque presque plus. Récemment, j’ai vu deux campagnes dont la qualité repose sur un petit point de détail qui les rend très réussies. Mais je me demande sincèrement combien d’autres passants y auront fait attention.

Lire la suite

Tu as aimé? Merci de le faire savoir autour de toi!
Share

Tendre le bâton…

Comme quoi la bonne vieille règle qui consiste à tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de dire une bêtise a de beaux jours devant elle!

C’était il y a quelques jours. Louis était à son entraînement de foot et j’en ai profité pour faire un tour au supermarché du coin: j’avais besoin de deux-trois trucs pour le souper. En sortant, la vision d’une vitrine m’arrête net. Non non, pas de lingerie fine ou de maillots de foot.

Tout simplement deux affiches.

«Désormais, votre fidélité est récompensée. Désormais, vos achats sont récompensés.»

«Désormais.» Vraiment?

Genre, parce que c’était pas le cas avant?

Alors oui, c’est sûrement nouveau, mais franchement: à quoi bon insister lourdement là-dessus?

«Bon c’est vrai, on vous tond depuis des années. Alors on a décidé d’arrêter avant que ça commence à se voir. Oh non, on vient de dire ça à voix haute?»

Ça a l’air naze? Eh bien c’est exactement ce que j’ai lu sur ces affiches. Mais heureusement c’est pas MA pharmacie \o/

Y a des fois où on se demande à quoi réfléchissent les entreprises au moment de communiquer…

Tu as aimé? Merci de le faire savoir autour de toi!
Share

Ricolaaaaah

Il y a peu, les bonbons les plus suisses du monde ont lancé une nouvelle variété: Ricola Menthe des Glaciers. Sans aller jusqu’à hurler au génie, je trouve le nom vraiment bien pensé. Il évoque un monde de fraîcheur parfumée qui fait appel à un imaginaire suisse de carte postale… bref, ça fait immédiatement envie!

ricola-chrüterchraft-273x130

Par contre, un détail de leur campagne de lancement m’a fait froncer les sourcils. Dans leur sponsoring sur Couleur 3, j’entends: «La météo, avec Ricola Menthe des Glaciers (…) menthe des glaciers point CH.»

Pourquoi menthedesglaciers.ch et pas tout simplement ricola.ch? Comme je l’ai dit, Menthe des Glaciers évoque un monde de sensations mais est-ce qu’on va se souvenir du nom? On se souviendra de Ricola en tout cas.

Sans-titre-585

Mais il y a autre chose: ricola.ch n’est pas seulement plus court à taper, c’est aussi plus facile. Je ne veux pas faire le pédant, mais combien de gens connaissent l’orthographe particulière du mot «menthe»?

Je suis sûr que plein de monde va essayer de visiter mentedesglaciers.ch et le problème, c’est qu’ils n’arriveront nulle part: croyez-moi, j’ai essayé. C’est peut-être un détail, mais vous savez ce qu’on dit du diable et des détails. Enfin, encore heureux qu’ils n’aient pas choisi «chrüterchraft.ch», on aurait vraiment été mal.

Tu as aimé? Merci de le faire savoir autour de toi!
Share

Ici c’est Lausanne !

Y a un truc qui ne manque presque jamais avec les Ricains: que ce soit Spotify, Netflix ou ebay, ils débarquent en Suisse et se mettent à nous causer en allemand. C’est toujours un peu gonflant, mais on s’y fait.

On comprend bien que pour une boîte de la Sillicon Valley c’est pas simple à comprendre qu’on apuisse voir autant de particularités dans un aussi petit pays. Du coup, ils y vont avec leur pragmatisme habituel et choisissent la langue la plus utilisée. Mais bon, c’est des Ricains.


Nous sommes le matin. Je traverse la gare de Lausanne d’un pas vif, l’oeil alerte et la main gauche qui brûle gentiment au contact d’un gobelet de thé. Et je tombe sur une affiche… en allemand !

Des Ricains ? Eh bien pas du tout. Non madame, c’est tout simplement Coop qui a décidé de nous vanter les mérites de la « Tropenhaus » de Frutigen !

Pas bravo, en tout cas. Que les étrangers ne fassent pas l’effort de comprendre la structure linguistique du pays, passe encore. Mais qu’un acteur suisse fasse une telle erreur de ciblage,ça démontre une incompétence absolument effarante !


Vérification faite, Coop n’est que le partenaire de cette attraction touristique. Donc probablement pas coupable de la mauvaise planification média. Mais ça reste difficilement compréhensible de la part d’un annonceur suisse.

Tu as aimé? Merci de le faire savoir autour de toi!
Share

Page 1 sur 6

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén